LES AMIS NATURALISTES DES COTEAUX D'AVRON

Association agréée d'étude et de protection de la nature

4 avril 2021
de anca-association
0 Commentaires

Avis sur la modification n°1 du PLUI d’Est Ensemble

Avis de l’ANCA sur la modification n°1 du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal d’Est Ensemble

En consultation électronique du  1er mars au 1er avril 2021

La première modification du PLUi d’Est Ensemble est conduite sous une  procédure de « modification simplifiée. Cependant nous constatons que les modifications projetées n’entrent pas dans ce type de procédure.

La partie Est du parc départemental de la Bergère, qui correspond à l’emprise de l’ancienne cité administrative aujourd’hui démolie,  a été mise en zonage N dans le PLUi approuvé le 4 février 2020. Ce zonage était cohérent avec la volonté du département de Seine-Saint-Denis d’agrandir le périmètre de ce parc, en marquant son extension,  dans les documents d’urbanisme, par une destination naturelle, non constructible.

La modification N° 1 rebascule la partie Est du parc de la Bergère de N en U, changeant ainsi la destination de cette parcelle, qui redevient urbanisable. Mais un changement de zonage de N à U, une réduction de zone naturelle, n’est possible que dans le cadre d’une procédure de révision du PLUi (article L153-31 du Code de l’Urbanisme). La modification simplifiée n° 1 du PLUI d’Est Ensemble est illégale !

L’argument permettant ici de contourner la loi est que le classement en N de cette parcelle serait une « erreur matérielle » qui s’est faite entre l’arrêt et l’approbation du PLUi, le site n’ayant aucunement les caractéristiques ni les objectifs d’une zone naturelle. Elle répond à la demande de l’Etat dans sa note du 5 avril 2020.

L’ANCA, association agréée d’étude et de protection de la nature, conteste le fait que le site n’aurait pas les « caractéristiques et les objectifs d’une zone naturelle ». En effet, lors des inventaires faunistiques et floristiques que nous avons réalisés au parc de la Bergère durant le printemps et l’été 2020, nous avons découvert de nombreuses espèces particulièrement intéressantes, rares et déterminantes de Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF) et qui justifient pleinement un zonage N. Ces inventaires sont publiés dans notre revue ANCA Nouvelles n°60, consultables en ligne sur notre site.

http://www.anca-association.org/wp-content/uploads/2020/08/ANCA-Nouvelles-60.pdf

Ce rebasculement de la partie Est du parc de la Bergère de N en U n’est pas cohérent avec les objectifs affichés dans le PADD  « d’inscrire le PLUi en responsabilité devant un défi historique, celui du changement climatique et de l’environnement ».

Lors de l’approbation du PLUi, nous avions noté que l’extension du parc de la Bergère avec un zonage N  était bien la seule mesure concrète en cohérence avec les annonces du PADD.

Nous demandons que la partie Est du parc de la Bergère soit maintenue en N.

A défaut, la procédure de modification simplifiée est illégale.

18 décembre 2020
de anca-association
0 Commentaires

Les testacelles

Les Testacelles sont des gastéropodes du genre Testacella et de la famille des Testacellidae. Elles ont un aspect très particulier. A première vue elles ressemblent à une limace tout ce qu’il y a de plus habituel, mais en se rapprochant on apercevra à l’extrémité de leurs pieds une minuscule coquille vestigiale. 

Lire la suite →

19 octobre 2020
de anca-association
0 Commentaires

Gagny, biodiversité et circulation des espèces

L’article qui suit est celui que nous avions proposé à la ville de Gagny pour son magazine mensuel Gagny mag du mois d’octobre. Dans la version papier distribuée aux Gabiniens, il est altéré et contient des omissions et des erreurs qui ne sont pas du fait de l’ANCA. L’article a été ensuite rectifié par la ville dans la version électronique du magazine.

Nous sommes attachés au contenu ci-dessous, qui  traduit bien notre positionnement et nos attentes pour ce territoire.

SvdB

La destruction et la fragmentation des habitats naturels, causées par l’urbanisation croissante et le développement des infrastructures de transport, figure parmi les causes majeures de l’érosion de la biodiversité. En particulier, la fragmentation physique des milieux, en limitant les déplacements d’individus, affecte la réalisation de leur cycle de vie ainsi que le brassage génétique au sein des populations. Pour en atténuer l’effet, des réseaux de continuités écologiques, constitués de réservoirs de biodiversité interconnectés par des corridors écologiques, sont identifiés à l’échelle du territoire en vue de leur préservation ou de leur restauration : c’est le principe de la Trame verte et bleue (TVB), initiée en France par le Grenelle de l’environnement en 2007. 

Le schéma régional de cohérence écologique (SRCE), approuvé en 2013, est la déclinaison régionale de la trame verte et bleue. Il a pour objet principal la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques. Le SRCE identifie les composantes de la trame verte et bleue (réservoirs de biodiversité, secteurs d’intérêt écologique, corridors écologiques, cours d’eau, mares…).

Le territoire de Gagny comporte un réservoir de biodiversité (le Monguichet) et trois secteurs d’intérêt écologique en milieu urbain (les abords du Montguichet, le bois de l’Etoile et les Grands Coteaux) qui sont reliés entre eux grâce aux alignements d’arbres, les squares et les jardins privés. Les réservoirs de biodiversité sont des espaces naturels qui abritent une très grande diversité d’espèces rares et protégées (Tétrix des carrières, Criquet ensanglanté, Lotier maritime) ou un peu plus communes (Mante religieuse, Argiope frelon, Fauvette grisette) à l’échelle de la région. C’est à partir de ces espaces que les espèces peuvent se disperser et conquérir de nouveaux territoires. Les secteurs d’intérêt écologique abritent une diversité biologique supérieure aux territoires urbanisés environnants.

Carte de la trame verte et bleue de Gagny et de ses environs © SRCE 2013, mise en forme P. Amiard

Une espèce pouvant illustrer la fonctionnalité des continuités écologiques à Gagny, est la Bondrée apivore (Pernis apivorus), espèce protégée au niveau européen. Ce rapace diurne se nourrit principalement de guêpes et larves d’hyménoptères. La bondrée niche sur le Massif de l’Aulnoye (Coubron) et couvre un territoire particulièrement important pour subvenir à ses besoins. Cela lui demande des déplacements entre les différents espaces naturels du secteur. A Gagny, cette espèce a été observée survolant le Montguichet et le bois de l’Etoile. Elle a été vue utilisant les continuités fournies par certaines zones pavillonnaires telles que l’avenue Fournier. Bien que l’espèce ait la capacité de voler sur de très grandes distances, elle préfère les zones naturelles ou semi-naturelles dans ses déplacements, comme c’est le cas pour de nombreuses espèces animales. 

Article de P. Amiard et L. Claivaz