LES AMIS NATURALISTES DES COTEAUX D'AVRON

Association agréée d'étude et de protection de la nature

20 mars 2017
de anca-association
0 Commentaires

Enquête publique inter-préfectorale – lignes 14, 16 et 17

L’enquête publique inter-préfectorale – lignes 14, 16 et 17 du Grand Paris Express se déroule du lundi 20 mars au jeudi 20 avril 2017. Tout le monde peut participer !

Dans le cadre de la modernisation du droit de l’environnement et de la simplification des démarches administratives, le Gouvernement a décidé, par étape, d’unifier certaines procédures et de fusionner les autorisations nécessaires (Dérogation espèces protégées, Défrichement…) pour la réalisation d’un projet. Dans cette perspective, le Gouvernement expérimente le principe d’une autorisation environnementale unique pour les projets soumis à autorisation au titre de la loi sur l’eau.

La présente enquête publique porte sur l’Autorisation unique IOTA (Installations, Ouvrages, Travaux, Activités) / Loi sur l’eau Dérogation / Espèces protégées – Défrichement sur les emprises concernées par l’arrivée des lignes 14 Nord, 16 et 17 Sud du Grand Paris Express en Seine-Saint-Denis (93) et en Seine-et-Marne (77).

Les communes concernées en Seine-Saint-Denis sont : Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Clichy-sous-Bois, Gournay-sur-Marne, La Courneuve, Le Blanc-Mesnil, Le Bourget, Livry-Gargan, Noisy-le-Grand, Montfermeil, Sevran.

La totalité des documents de l’enquête publique sont consultables ici. La consultation du registre et le dépôt des avis peut se faire en ligne.

Un membre de la commission d’enquête se tiendra à la disposition du public pour recevoir ses observations aux lieux de permanences, aux dates et heures fixées ci-dessous :

Une première enquête publique préalable à l’obtention d’une déclaration d’utilité publique des lignes 14, 16 et 17 du Grand Paris Express, s’était tenue du 13 octobre au 24 novembre 2014. Vous pouvez accéder aux documents de cette enquête publique : ici.

Enregistrer

Enregistrer

28 février 2017
de anca-association
0 Commentaires

Création d’une mare pour les Alytes accoucheurs de la friche Carnot

En septembre 2010, nous avions découvert la présence d’une station d’Alytes accoucheurs au centre-ville de Noisy-le-Sec, dans un jardin privé accolé à la friche Carnot. Cette population endémique relictuelle se reproduisait alors dans un petit bassin du jardin qui n’est plus accessible depuis. En juin 2016, seuls trois mâles chanteurs ont été entendus (ANCA Nouvelles n°48). Afin de maintenir la population d’Alytes accoucheurs sur cette friche, il était donc urgent de leur offrir un nouveau point d’eau où ils puissent se reproduire !

Quid de l’Alyte accoucheur ?

La friche Carnot, située à Noisy-le-Sec, accueille une population d’Alytes accoucheurs (Alytes obstetricans). Cette espèce, protégée à l’échelle nationale au titre de l’arrêté du 19 novembre 2007, tient son nom de son comportement reproducteur particulier : les œufs, au lieu d’être directement déposés dans l’eau comme chez la plupart des espèces d’amphibiens, sont portés par le mâle pendant 3 à 8 semaines (cf figure 1), jusqu’au moment de l’éclosion.

Figure 1 : Alyte accoucheur mâle portant les œufs avant leur éclosion (source : www.inpn.mnhn.fr)

Si la fécondation se fait sur la terre ferme, le mâle fait « tremper » les œufs qu’il porte tous les soirs dans un point d’eau, afin d’éviter qu’ils ne se dessèchent. Par ailleurs, juste avant éclosion, il vient les déposer dans l’eau. Le têtard pourra alors naître et se développer.

Le projet de création d’une mare

Pour permettre à la population d’Alytes accoucheurs présente sur la friche Carnot d’effectuer leur cycle de reproduction sur place, nous avions pour projet d’y installer une mare (cf figure 2) avant la période de reproduction de l’espèce, entre avril et mai… Et nous sommes passés à l’action entre le 10 et le 12 février, après avoir obtenu l’accord de 3F, propriétaire de la parcelle.

Figure 2 : emplacement de la mare (étoile bleue) sur la parcelle 262, appartenant à 3F

Première étape : le débroussaillage partiel de la friche

La friche Carnot étant très embroussaillée, un travail de taille et d’arrachage conséquent a été effectué. Nos principales cibles : du lierre rampant, de l’ortie et du bambou, toutes trois espèces envahissantes ou invasives, qui ont pu développer un système racinaire très dense, nous donnant à maintes reprises du fil à retordre (cf figure 3).

Figure 3 : un exemple de la ténacité des plantes envahissantes

Trois espaces ont pu être dégagés à l’issue de ce travail :

  • Un cheminement entre le lieu d’hibernation des Alytes et l’espace dédié à la mare.
  • Un espace dédié à l’installation de la mare (cf figure 4).
  • Une zone de friche située derrière la mare, destinée à accueillir une pelouse et / ou un potager partagé que nous mettrons en place par la suite.

Figure 4 : aménagement de l’espace destiné à accueillir la mare

Deuxième étape : l’installation de la mare

Nous avons choisi de mettre en place une mare sur coque nivelée, plus solide et permettant l’entrée progressive des crapauds dans l’eau. Nous avons creusé et déplacé plusieurs centaines de kilos de terre (cf figure 4), ajusté notre trou aux dimensions de la coque afin qu’elle soit légèrement en contrebas par rapport au niveau du sol, facilitant là encore l’utilisation de la mare par les Alytes accoucheurs.

Une fois la mare bien calée dans le trou, celui-ci a été rebouché avec la terre que nous avions extraite du sol. Il restait peu de terre excédentaire, que nous avons finalement mis de côté contre un mur et sur lequel nous avons dressé un hôtel à Crapauds à l’aide de grosses pierres provenant de la friche.

La mare a ensuite été tapissée d’argile, dans laquelle nous avons planté quelques espèces aquatiques (Carex, Prêle des Marais, Renoncule flammette, Menthe aquatique, Cornifle…).

Nous avons directement suivi cette action de la mise en eau de la mare. Elle finira de se remplir grâce à l’eau de pluie, et sera opérationnelle pour la période de reproduction des Alytes accoucheurs en 2017.

Figure 5 : tapissage d’argile de la mare sur coque

Au cas où l’eau de pluie venait à manquer, nous avons également installé un récupérateur d’eau relié à la gouttière d’une résidence voisine.

Et après ?

Nos travaux sur la friche ne sont pas terminés. Il y a des déchets à évacuer. Il faudra surveiller l’état de la mare et son utilisation par la faune locale. Il faudra empêcher une fermeture du milieu, un ombragement trop important de la mare ou un développement des bambous qui pourrait menacer la coque.

Nous travaillerons également à l’aménagement d’une pelouse sur l’espace autour et derrière la mare, que nous avons déjà dégagé et nettoyé des racines d’envahissants.

Aymie Q.

13 février 2017
de anca-association
0 Commentaires

L’ANCA recrute un volontaire en service civique à partir du 17 avril 2017

[ Mission pourvue !]

L’ANCA recrute un volontaire en service civique à partir du 17 avril 2017 !

La mission :

Les missions varient selon la saison et peuvent être également modulées selon les affinités du volontaire. Les principales missions sont :

Appui à la prise en compte de l’Environnement dans l’aménagement du territoire

  • Réflexion sur les Plans Locaux d’Urbanisme
  • Réponse, avec l’aide de personnes compétentes, aux enquêtes publiques
  • Veille sur les projets d’aménagement du territoire

Aide au suivi d’espèces protégées et études de terrain

  • Participation aux inventaires faunistiques et floristiques avec les spécialistes de l’association
  • Contribution à la préservation de la biodiversité et des paysages, en participant aux travaux d’entretien écologiques et chantiers nature

Soutien à la vie associative

  • Sensibilisation du public (forums associatifs, animations pédagogiques…)
  • Communication aux adhérents (newsletter, site internet, réseaux sociaux)

Conditions d’accueil :

  • Localisation : Neuilly-Plaisance (93), déplacements fréquents en Seine-Saint-Denis
  • Contrat : Service Civique Volontaire, voir conditions sur http://www.service-civique.gouv.fr
  • Durée du contrat : 9 mois à partir du 17 avril 2017
  • Horaires : 35/h par semaine avec possibilité de travailler en week-end (récupération des heures). Travail en soirée à prévoir.

Profil recherché :

  • Connaissances sur les Plans Locaux d’Urbanisme et la thématique Trame Verte et Bleue (corridor écologique, Schéma Régional de Cohérence Écologique)
  • Candidat autonome, motivé et avec une sensibilité environnementale ainsi qu’un fort intérêt pour la vie associative

Candidatures (CV+ lettre de motivation) à envoyer à :

Télécharger l’offre au format PDF.

Enregistrer

3 février 2017
de anca-association
0 Commentaires

JMZH 2017: Découvrez la zone humide du Plateau d’Avron

À l’occasion des JMZH 2017  Découvrez la zone humide du Plateau d’Avron !

Pour la deuxième année consécutive, l’ANCA participe aux Journées Mondiales des Zones Humides. Cette année, nous vous invitons à (re)découvrir la zone humide du Plateau d’Avron (Rosny-sous-Bois).

Depuis quelques mois, l’ANCA travaille sur la zone humide du Plateau d’Avron. Au printemps 2016, elle a fait l’objet d’une étude pédologique et floristique afin que son statut de véritable zone humide soit confirmé. À l’issue de ce travail, des préconisations de gestion de ce milieu ont été proposées (ANCA Nouvelles n°50). Depuis l’automne 2016 des actions de gestion conservatoire y sont réalisées :

  • Profilage de la saulaie en arrachant les saules au milieu de la zone afin de réouvrir le milieu. Les saules en bordure ont été préservés afin d’offrir une mosaïque d’habitats propice à la faune et flore locales et de délimiter visuellement la zone pour le public.
  • Création d’un chemin de contournement afin de préserver la zone humide du sur-pétitionnement. Les entrées Sud et Nord de la zone humide ont été bloquées en réalisant des fascines avec les saules arrachés.

Venez découvrir, autour d’une visite guidée de 2h30 environ, les actions de gestion conservatoire que nous y avons réalisées.

Vous pouvez vous inscrire via la plateforme j’agis pour la nature ou directement par mail :

2 février 2017
de anca-association
0 Commentaires

Formation CETTIA et Plans Locaux d’Urbanisme

Comment être acteur de son environnement ?

Nous organisons deux sessions de formation  gratuites, à destination de nos adhérents. Ces deux sessions de formation CETTIA et Plans Locaux d’Urbanisme visent à vous donner les moyens de participer, à votre échelle, à l’amélioration des connaissances et de la prise en compte du patrimoine naturel en ville.

La première concerne la base de données naturalistes CETTIA Ile-de-France. Il s’agit de vous familiariser, sous la forme d’un atelier, au partage de données naturalistes en ligne et à l’utilisation de CETTIA. Cette formation aura lieu le mardi 21 février de 14H à 16H au local de l’association*. Pour plus de confort, vous pouvez apporter votre ordinateur personnel.

La seconde formation a pour thème les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU). Un PLU est le principal document de planification de l’urbanisme au niveau communal ou intercommunal. Le PLU est régit par les articles L.123 et R.123 du Code de l’Urbanisme. Depuis la loi Grenelle II du 12 juillet 2010, les documents d’urbanisme doivent contribuer à la préservation de la biodiversité et au bon fonctionnement des réseaux écologiques par le maintien, la restauration et/ou la création de continuités écologiques (Trames Vertes et Bleues) est prise en compte. Nous travaillons très régulièrement sur les documents d’urbanisme des différentes communes de Seine-Saint-Denis, et nous serons ravis d’avoir des bénévoles pour nous aider pour la lecture et la compréhension de ces documents souvent denses. La formation aura lieu le samedi 4 mars de 14h à 17h, au local*.

Pour plus d’informations sur le déroulement des deux session de Formation CETTIA et Plans Locaux d’Urbanisme  ou pour vous inscrire, contactez-nous: !


*44 avenues des Fauvettes, 93360 Neuilly-Plaisance