LES AMIS NATURALISTES DES COTEAUX D'AVRON

Association agréée d'étude et de protection de la nature

3 août 2020
de anca-association
0 Commentaires

ANCA Nouvelles 60

L’ANCA Nouvelles n°60 vient de paraitre ! Retrouvez dans ce numéro l’actualité sur la biodiversité en Seine-Saint-Denis.

Vous pouvez également lire ou relire nos numéros précédents ici.

29 juillet 2020
de anca-association
0 Commentaires

Un hôtel à insectes au verger des Coteaux d’Avron

A l’initiative de Lucien Claivaz, notre apprenti en alternance, un hôtel à insectes a été installé au verger du parc des Côteaux d’Avron. C’est un bel objet décoratif, mais pas que…

Il permettra la reproduction de nombreux arthropodes (insectes, arachnides, crustacés).

Un hôtel à insectes … qu’est-ce que c’est ?

Les hôtels à insectes sont des constructions ayant pour but d’être utilisées par diverses espèces d’arthropodes1 comme refuges, sites de reproduction ou encore comme sites de diapause. La diapause est une phase programmée dans le développement d’une espèce qui diminue l’activité de son métabolisme. La diapause chez les arthropodes a principalement  lieu durant la période hivernale.

Les espèces qui occupent l’hôtel varient en fonction du contenu de celui-ci. 

Les hôtels à insectes sont souvent présentés comme une manière de les préserver, mais cette fonction reste à prouver car ils ne sont pas comparables en matière d’efficacité aux multiples refuges qui existent dans les milieux naturels. En revanche, ils sont très intéressants d’un point de vue pédagogique, en permettant d’observer plus facilement certaines espèces ainsi que leurs modes de vie. 

Lire la suite →

24 juin 2020
de anca-association
0 Commentaires

Recrutement de volontaires en service civique 2020-2021

Nous recrutons nos prochains volontaires en service civique. Deux postes sont à pourvoir à partir du 31 aout 2020.

Les missions varient selon la saison et peuvent être modulées selon les affinités du volontaire. Les principales missions sont :

Médiation scientifique auprès des scolaires

  • Aide à la réalisation d’animations pédagogiques
  • Aide à la création de nouveaux supports pédagogiques pour les jeunes publics

Développement de la vie associative

  • Aide à la sensibilisation du grand public lors des forums associatifs, sorties naturalistes et animations pédagogiques organisés par l’association
  • Aide à l’animation des réseaux sociaux et du site internet, partage d’informations avec les adhérents
  • Aide à la mobilisation des bénévoles sur les diverses activités de l’association

Aide au suivi d’espèces protégées et études de terrain

  • Participation aux inventaires faunistiques et floristiques avec les spécialistes de l’association
  • Contribution à la préservation de la biodiversité et des paysages, en participant aux travaux d’entretien écologiques et aux chantiers nature

Conditions d’accueil 

  • Localisation : Neuilly-Plaisance (93), déplacements fréquents en Seine-Saint-Denis. Le permis B et un véhicule personnel sont un plus.
  • Contrat : Service Civique Volontaire, voir conditions sur http://www.service-civique.gouv.fr
  • Durée du contrat : 8 mois idéalement à partir du 31 aout 2020. Entretiens en juillet.
  • Horaires : 35/h par semaine, possibilité de travailler en week-end (récupération des heures). Travail en soirée à prévoir également.

Candidature sur le site du service civique :  https://www.service-civique.gouv.fr/missions/soutien-aux-actions-de-sensibilitation-et-protection-des-espaces-naturels-de-seine-saint-denis

21 avril 2020
de anca-association
0 Commentaires

Les chauves-souris n’y sont pour rien

L’épidémie de COVID-19 qui sévit actuellement partout dans le monde trouverait son origine dans un marché d’animaux sauvages de Wuhan, capitale de la province chinoise de Hubei. Une espèce de chiroptères (nom scientifique des chauves-souris) du genre Rhinolophus est particulièrement mise en cause. En effet, une étude parue dans la revue scientifique Nature se prononce en faveur d’une recombinaison entre un coronavirus propre à cette espèce de chauve-souris et un autre vraisemblablement hébergé par une espèce de pangolin. La transmission directe de la chauve-souris à l’humain est peu probable du fait de la structure génomique de son virus et aurait nécessité, comme c’est parfois le cas pour les zoonoses (maladies transmissibles entre animaux non-humains et humains), une espèce « passerelle ».

Pipistrelle pygmée, Pipistrellus pygmaeus (© Laurent Arthur)Pipistrelle de Kuhl, Pipistrellus kuhlii
(© Christian Maliverney)

Les chauves-souris souvent pointées du doigt

Considérées comme des « réservoirs à virus », les chauves-souris pâtissent d’une mauvaise réputation. Et pour cause, plusieurs épidémies virales, dont les infections aux SRAS, MERS et Ebola prennent leurs sources chez la chauve-souris ou partagent de grandes similitudes avec des virus qu’elles hébergent. Les chauves-souris ont en réalité une réponse immunitaire robuste qui les rend tolérantes à de nombreux virus et conduit ces derniers à adopter une stratégie de réplication plus rapide, se retrouvant alors plus aptes à infecter les mammifères dotés d’un système immunitaire moins réactif.

Une épidémie symptomatique d’une crise écologique

Lire la suite de l’article