LES AMIS NATURALISTES DES COTEAUX D'AVRON

Association agréée d'étude et de protection de la nature

Matinée d’observation des oiseaux migrateurs du 02 octobre 2016

| 0 Commentaires

Dimanche 02 octobre, une dizaine de courageux se sont rejoints, tôt dans la matinée d’observation des migrateurs, au Belvédère de Livry-Gargan à l’occasion des Journées Européennes de la Migration.

Par ciel dégagé, le Belvédère offre un point de vue exceptionnel sur l’ensemble du territoire de la Seine-Saint-Denis et même Paris. L’endroit est donc parfait pour observer les oiseaux migrateurs qui volent très haut dans le ciel.

Vue depuis le Belvédère de Livry-Gargan (P. Amiard)

Vue depuis le Belvédère de Livry-Gargan (P. Amiard)

Au bout d’une heure et demie d’attente dans le froid, nous avons eu le plaisir d’observer une cinquantaine de Grands cormorans (Phalacrocorax carbo) survolant le parc Départemental Jean Moulin les Guilands à Bagnolet à plusieurs kilomètres de là.

Cette année, les oiseaux migrateurs ne sont pas encore arrivés sur notre territoire. Cela peut s’expliquer par les conditions climatiques douces de ces dernières semaines.

Mais pourquoi les oiseaux migrent-ils donc? La principale raison pour les oiseaux d’effectuer ce très long voyage est la disponibilité des ressources alimentaires (graines, insectes…). Tant qu’ils trouvent de quoi se nourrir sur place ils n’ont pas besoin de se déplacer.

Les oiseaux migrent deux fois dans l’année :

  • La migration post-nuptiale (en automne) pendant laquelle les oiseaux quittent leurs aires de reproduction pour rejoindre des latitudes plus clémentes pour passer l’hiver.
  • La migration pré-nuptiale (au printemps) pendant laquelle les oiseaux quittent leurs aires d’hivernage, généralement en Afrique, pour rejoindre leur lieu de reproduction.
Cycle de migration des oiseaux (source : vigienature)

Cycle de migration des oiseaux (source : vigienature)

D’autres espèces, non migratrices, ont également été observées : Héron cendré (Ardea cinerea), Mésanges charbonnières (Parus major), Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus), Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula), Geais des chênes (Garrulus glandarius), Cygne noir (Cygnus atratus), Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), Buse variable (Buteo buteo) et Hirondelles de fenêtres (Delichon urbicum).

Buse variable (P. Amiard)

Buse variable (P. Amiard)

Nous avons profité de notre présence sur le site pour prospecter le parc des Friches (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique de type 1) où se trouve la mare Barois. Nous y avons vu quelques insectes : le Phanéroptère méridional (Phaneroptera nana) espèce déterminante ZNIEFF, le Criquet verte-échine (Chorthippus dorsatus) espèce déterminante ZNIEFF, le Criquet mélodieux (Chorthippus biguttulus) ou encore l’Argus bleu (Polyommatus icarus).

[su_carousel source=”media: 1593,1613,1588″ link=”image” target=”blank” title=”yes” mousewheel=”no” autoplay=”0″]

Pamela Amiard

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Champs Requis *.