LES AMIS NATURALISTES DES COTEAUX D'AVRON

Association agréée d'étude et de protection de la nature

Observation de la Pie-grièche écorcheur aux Coteaux d’Avron

| Un commentaire

Mardi 27 septembre en fin de matinée, alors que nous poursuivions l’inventaire des Alisiers de Fontainebleau (espèce patrimoniale et protégée en Ile-de-France) dans le parc des Coteaux d’Avron, nous avons eu l’immense plaisir d’observer une Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio).

Il s’agissait d’un mâle, en vol, qui est facilement reconnaissable par son ventre rosé, sa tête grise et son large bandeau noir traversant son front.

Photographie d’un mâle Pie-grièche écorcheur à l’affut

Photographie d’un mâle Pie-grièche écorcheur à l’affut (source: oiseaux.net)

L’oiseau, qui est une espèce migratrice, devait probablement effectuer une halte sur les Coteaux d’Avron avant de rejoindre le doux climat de l’Afrique tropicale pour passer l’hiver.

Cette espèce est protégée, au niveau européen, au titre de la Directive « Oiseaux » de 1979. C’est d’ailleurs pour la présence de la Pie-grièche écorcheur et la Bondrée apivore (Pernis apivorus) que le parc des Coteaux d’Avron est classé en zone Natura 2000.

La Pie-grièche est un oiseau typique des milieux ouverts. Son habitat se compose donc de prairies avec des fourrés arbustifs et des haies d’épineux où elle fait son nid. Elle a pour habitude d’empaler ses proies (des insectes en tout genre) sur des « lardoirs » constitués des longues épines des prunelliers ou d’aubépines. Elle se crée ainsi un garde-manger précieux.

L’espèce a tendance à se raréfier en Seine-Saint-Denis du fait de la fermeture des milieux liée à l’évolution naturelle et au manque de moyens consacrés à l’entretien des milieux ouverts,  et à l’urbanisation croissante.

Espèce nicheuse avérée sur les Coteaux d’Avron avant 1984, elle n’est aujourd’hui qu’une espèce migratrice occasionnelle. La présence de la Pie-grièche n’avait pas été mentionnée depuis 2006 sur le parc de Neuilly-Plaisance !

Cette observation exceptionnelle démontre bien l’importance d’intervenir sur le milieu avant qu’il ne se referme complétement. Il faut impérativement restaurer un milieu favorable à la Pie-grièche écorcheur : des prairies ponctuées de haies d’épineux.

Malheureusement nous n’avions pas d’appareil photo pour immortaliser l’instant !

Pamela Amiard

Enregistrer

Un Commentaire

  1. Ping : Un chemin de contournement sur la Plaine de Rosny

Laisser un commentaire

Champs Requis *.